J’étais esclave des plans d’un soir

Jean, Toulousain, vient d’une famille non pratiquante où comme beaucoup le rapport au monde Chrétien se résumait aux mariages et aux enterrements.

La devise familiale était de vivre heureux : « Du moment où tu es heureux fait ce que tu veux ».

Belle image et belle devise en soit car le Christ nous rappelle que la vie est un cadeau et que le Père ne veut que notre bonheur. A nous de nous en saisir, mais de quelle manière et dans quel but, tel est la réflexion à prendre, et c’est ce que Jean va nous exprimer dans son témoignage.

Jeune, il est dans ses études et arrivé à l’âge propice, il cherche à combler sa vie par la fête et les rencontres fortuites. Entre succès et échecs, Jean ressent un vide en lui et se tourne vers le développement personnel, nouvelle technique en vogue censée combattre ce mal être matérialiste qui grandit dans nos sociétés.

Perdu dans ce marasme de nouvelles doctrines existentialistes, sa quête du véritable bonheur dont il rêvait et qu’il avait pu imaginer n’arrive pas.

Lors d’un stage d’études en Angleterre, il rencontre un autre étudiant Brésilien qui l’invite à venir à un culte. Dieu sachant à l’avance qui vient le visiter, un des messages du pasteur le heurte et Jean comprend alors son mal-être. Il est esclave de ses envies et de ses passions.

Touché par l’Éternel au plus profond de lui, Jean, sorti du culte, prend une grande décision qui va le transformer. Il veut devenir Chrétien.

Pleinement investi en quelques minutes, il s’est senti transformé, comme il le dit, il a senti qu’il y avait « un Avant et un Après ».

Il était sur un nouveau chemin, celui de Christ. L’évidence s’ouvre à lui, « un message simple et Saint ». Dieu l’a pris sous son aile.

Durant les 2 années qui suivent sa vie change petit à petit. Dieu ne transforme pas forcément en un clic notre vie et notre chair, il veut que nous apprenions de nos erreurs afin de les comprendre et ne plus les reproduire. Jean continue de faire la fête mais petit à petit son regard sur sa vie, ses actes et sur lui-même change de plus en plus. Il comprend le chemin d’autodestruction qui s’opérait en lui.

Au bout de 2 ans Jean est libéré de ses addictions. De nouvelles envies, de nouvelles visions du bonheur en Christ s’ouvrent à Lui. Envie d’aimer, envie de Le suivre, envie de vivre avec Lui.

« A quoi bon chercher un plaisir éphémère voué à mourir avec le temps ! » Tel est le message que nous apporte Jean dans ce précieux témoignage de l’amour de Dieu pour ses enfants.

Le vrai bonheur est de vivre éternellement avec et en Christ !

Publié par La vie témoigne de Lui

Mail : lavietemoignedelui@gmail.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :